septembre 2009 (31)

dimanche 27 septembre 2009

Sweet swing dimanche après midi

Sweet Swing vu d'en haut Olivier Hartemann et Ellen Rouppe pendant le concert Le public vu d'un balcon photo de Marie Claire  […]

Lire la suite

Marco s'occupe du son

Marco s'occupe de la sono  […]

Lire la suite

La nuit du samedi

Marco joue tard le soir

Lire la suite

Marco Vertueux à la batterie et Mathieu Colonna d'Istria

Samedi après midi un concert de Marco et Mathieu.

Lire la suite

Marco Vertueux et Mathieu Colonna d'Istria

Marco Vertueux à la batterie Mathieu Colonna d'Istria à la basse  […]

Lire la suite

samedi 26 septembre 2009

Dimanche la fête continue

Marco prend la responsabilité de la sono

Lire la suite

le spectacle de samedi soir

Les élèves de l'école de danse "Attitude" dansent le "FRENCH CAN CAN". Elles sont tellement belles!

Lire la suite

jeudi 24 septembre 2009

samedi 19

samedi 19 septembre musique et danse jusque tard dans la nuit

Lire la suite

Pendant le discours

René SEDES, l’historien du Treize, auteur du livre « Square Payret-Dortail, la singulière aventure sociale d’une cité HLM à Vanves », Pierrette GINANE, organisatrice d’événements culturels, conseillère du « Ceux du Treize », et Isabelle FRANK secrétaire dévouée de l’association « Ceux du Treize ».  […]

Lire la suite

L'inauguration le samedi matin

L’inauguration, le samedi 19 septembre à 11 heures, le soleil est au rendez-vous, les discours sont joyeux !

Lire la suite

lundi 21 septembre 2009

Témoignage de Bernard Roche

Je suis né en août 1946 au 13 rue de châtillon, où j'ai vécu pendant 23 ans de ma vie , avec une enfance merveilleuse. Mes parents sont arrivés dans la cité en 1938, où nous avons vécu à 5 avec mon frère et ma soeur dans notre charmant 3 pièces de l'escalier E. Pendant la guerre mes parents se  […]

Lire la suite

les préparations

Vendredi 18 septembre ; minuit… François Cresté, le président de «Ceux du treize » découpe la viande pour le couscous du samedi. On se croit dans «la traversée du Paris » (film réalisé par Claude Autant-Lara en 1956)  […]

Lire la suite

Vendredi 18 septembre

Dans le cadre de «les enfants du patrimoine » les classes sont venues le vendredi 18 septembre dans la cité Payret Dortail. Ici les élèves de Madame Do du collège Michelet à Vanves apprennent la technique des gravures et réalisent des monotypes sur la presse.

Lire la suite

vendredi 18 septembre 2009

MVTOMHP

MV – chant MV a suivi l’atelier jazz de Sara Lazarus à la Bill Evans Piano Academy, Paris et celui de Michelle Hendricks à Sannois. Elle a également participé aux masterclasses de Sheila Jordan, Roger Letson et Youn Sun Nah. Elle se produit avec l’ensemble BB 15, Big Band dirigé par Gérard Curbillon, et au sein du quartet de jazz TOMHP. Au programme : standards, bossa novas, reprises pop « enjazzées » et compositions personnelles. www.myspace.com/mvtomhp

Lire la suite

beatrice Bonnafous

(Texte de Béatrice Bonnafous pour l’anniversaire de la Cité Payret Dortail) Au début j’ai eu un petit atelier dans la cité, un peu en contrebas, qui avait été celui du sculpteur Roger Plin, mon professeur de dessin aux Beaux-Arts de Paris. Quand j’ai eu mon atelier actuel, il me semblait immense. J’avais du mal à en accepter le silence. Je venais y travailler avec des amis, Patrick, Isabelle, Myriam … Philippe Congal venait souvent, nous dessinions avec ferveur, Jean-Pierre posait pour nous parfois. A ce moment-là, tous deux étaient vivants. Au bout de quelques années, quand je suis revenue à la peinture, je ne voulais pas que l’on voit mon travail en élaboration. Je préférais travailler seule. Les journées pouvaient être très longues, inutiles et puis tout à coup un coup de pinceau, une montée en couleur, je reprenais confiance. Mais le lendemain, de nouveau… ainsi de suite. Jusqu’au moment où un certain terrain de sa propre peinture se nomme, se reconnaît. Ce n’est pas plus facile aujourd’hui mais peut-être moins hésitant. Maintenant l’atelier est encombré de toiles, souvent des grands formats. Je garde les plus anciennes, plus petites. J’y reconnais mon histoire à l’atelier. A présent j’aime le silence de ce lieu et sa solitude.

Lire la suite

jeudi 17 septembre 2009

Miguel COELHO

Miguel COELHO pianiste improvisateur et poète à ses heures a étudié le répertoire classique au conservatoire de Vierzon et à la schola cantorum (Paris), se produit avec Mikael FENEUX dans un duo d'improvisation piano et guitare intitulé "Les impromptus" (voir leur myspace). Miguel COELHO mêle des sonorités issues de la musique répétitive à des consonnances très contemporaines, ses improvisations sortent parfois largement du cadre tonal. De fait, on peut ranger "les impromptus" dans la catégorie "musique expérimentale", mais ils ont aussi réalisé des musiques de film ("Le chien andalou" et un court-métrage contemporain intitulé "La mémoria dei cani").

Lire la suite

Edouard Olivier LACOMBE

EDOUARD OLIVIER LACOMBE, musicien mao et électroacoustique

Lire la suite

Véronique Pernin

VERONIQUE PERNIN,sax alto jazz

Lire la suite

mercredi 16 septembre 2009

Les classes visitent nos ateliers

LES ENFANTS DU PATRIMOINE 2009

Lire la suite

Le livre est arrivée!

Le livre "Square Payret-Dortail, la singulière aventure sociale d'une cité HLM à Vanves 1929-2009 de René Sedes

Lire la suite

Nos ateliers

L'atelier de René


Lire la suite

Ceux du Treize

Fête

Lire la suite

mardi 15 septembre 2009

François Cresté

François Cresté décors de vitrines scénographie d'expositions

Lire la suite

Jacques Julio

Poésie Musicale. Sur des textes poétiques des musiciens improviseront . de l' interactivité entre la poésie et la musique, chacun modulant l'autre. Certes, Le texte commande une musique qui se doit de le prolonger, mais inversement , la musique influence la diction, le rythme . La création est donc unique ! Elle sera le résultat d'une alchimie dans laquelle tous les ingrédients ont une importance . l'assistance en est une composante fondamentale . Le spectateur devient acteur ! C'est ce qui en fait la valeur !

Lire la suite

dimanche 13 septembre 2009

Geneviève Woutisseth

Le catalogue Geneviève Woutisseth sera à l'exposition dans la salle Michel Latapie.

Lire la suite

jeudi 10 septembre 2009

Isabelle Frank

 […]

Lire la suite

mardi 8 septembre 2009

Olivier Hartemann

Il y a bien des manières d'échouer en peinture. Celle d'Olivier Hartemann est d'être là, attentif et déterminé, debout, à la perpendiculaire du papier couché. Il regarde du dessus, et ce n'est pas tout à fait faire face. L'eau œuvre, tronque les formes et mêle les teintes. Le papier changé au matin, séché, gondolé, crevé par un blanc luisant qui déborde la forme attendue, et c'est tout le travail du temps. Ses déceptions, ses surprises, ses écarts inscrivent dans le papier une tentative, un flux, une force, une trace de ce que provoque la peinture : la grande fatigue, une âpreté, une cale sèche, une ardeur immense et une petite chose. Il n'y a rien à voir, presque rien et tout est là. Le débat d'une œuvre impatiente et intense, qui s'en tient à des papiers. Dans l'espace très mesuré qu'il s'accorde, un carré, une paire de carrés, une ligne, il libère une grammaire de formes, de fentes, de nœuds, de fronces, qui ont la toute puissance du repli sur le dedans, sur le sombre. Une ombre brûlée écrase presque tout entier le carré clair, le repoussant vers le fond, le réduisant à déborder. Un rouge nez à nez d'un vert léger, et c'est un faux miroir où l'on attendait la réciprocité. Un et un, et point de double. Il suffit d'une ligne noire pour renverser et refaire. Cadres décalés et fines dissymétries, tout résiste au confinement. Si on lit de l'organique dans ces traces, qu'on s'en débrouille. Il n'y a pas de sujets cachés, pas de restes humains, pas d'empreintes d'objets. C'est une géométrie de choses dites plus que de choses vues. Ce sont des paradoxes, des questions, des énigmes et des apologues que transporte ce peintre. Ce sont des guerres et des morts, des disparitions et des promesses, un jeu où sort la Dame de Pique, que cet alphabet des luttes primaires transforme en un opéra rude et mémorable. Un monde absolument incertain se dessine, exposant le peintre à une épreuve aussi violente qu'une performance, avec la simplicité d'une fresque sur le vif. Texte de Sophie Pène 2008

Lire la suite

Cathy Thomas

La tortue, un corps à peindre. La tortue constitue et propose une réserve inépuisable de formes, de gestes, de mouvements où les pinceaux et les couleurs s'engouffrent avec toujours autant de curiosité. Elle dessine des espaces entre le carré et le cercle, entre l'émergence et la disparition, entre ce qui va et qui revient, entre la lumière et l'ombre. Ce corps archaïque et symbolique réveille en nous des traces multiples et profondes qui attisent notre mémoire. Le saisir dans l'instant, c'est s'interroger sur soi-même et sur les autres; c'est disposer du monde et de notre propre existence dans les thèmes ancestraux qui subsistent en chacun de nous. L'animal est travaillé dans des tensions paradoxales en série et au premier plan, en véritable sujet sans présence humaine. Je m'intéresse à la tortue en tant qu' animal comme vecteur de mouvements et d'instants pris sur le vif. Ainsi, la tortue suscite-t-elle la rencontre inattendue ou la découverte étonnée avec le spectateur... Elle illustre aussi le mouvement contemporain de reconsidération et de défense de l'animal avec la nature. Cath Les volumes des corps exploités au travers de la symétrie, la répétition, la frontalité, la densité formelle, la saturation sont proposés dans les tableaux colorés et sourds, aux collages discrets mais évocateurs, aux incisions de pastels et fusains. La tortue invite l'autre à sentir la force d'une présence pour signifier non pas tant son apparence que le témoignage direct, d'une vie, d'un cri ! Catherine THOMAS/ Juillet 2009

Lire la suite

lundi 7 septembre 2009

Oleg Liagatchev

Peintre. 1939 – Naissance à Leningrad, URSS. Père géographe; mère terminé l'Ecole d'Art Dramatique. 1942 - Part en évacuation avec ses parents à Omsk (Siberie). 1945, septembre – Retour à Léningrad. 1955-66 – Faculté de Physique de l'Université de Leningrad, puis Académie des Beaux-Arts à Leningrad (Saint-Pétersbourg). 1964 – Participe à l'Exposition « de cinq peintres » au Musée de l'Ermitage. 1968 – premiers dessins dans la conception de l'art sémiotique. 1973 – début de la peinture sémiotique (« Franz Kafka » et « Composition-canon »). 1975 – Quitte l'URSS pour la France. 1976 – 2008 – Beaucoup d'expositions personnelles, en groupe (Europe,USA, Russie, Japon), Salons et Biennales (dont la Biennale de Venise, 1977). 1995 – 2004 – Période du « classicisme abstrait ».(Peintures. Cubes.).

Lire la suite

vendredi 4 septembre 2009

Ellen Rouppe

Installation des échelles et des chaussures en dessous les échelles avec comme titre "tu m'as abandonné". a Mollans dans le Drôme pendant le mois d'aout 2009  […]

Lire la suite

jeudi 3 septembre 2009

Michel Lasserre

J'aime la gravure sur bois, parce qu'il faut tout y penser à l'envers et que, pour moi, c'est le plus direct.

Lire la suite